Intégration des systèmes cognitifs

Cognition et travail de surveillance en sécurité

Les systèmes de surveillance d’opérateurs CCTV sont utilisés partout dans le monde afin d’assurer la sécurité publique. Malgré les récentes avancées dans le matériel de surveillance, les opérateurs ont toujours à surmonter plusieurs limites cognitives telles que la surcharge d’information, le travail multitâches, les bruits de fond, les interruptions et la fatigue. Ces limites cognitives engendrent du stress sur le système cognitif des opérateurs et réduisent ainsi l’efficacité avec laquelle ils exécutent ces séries de tâches complexes. Les principaux objectifs de ce projet sont (1) d’établir une caractérisation psychologique de l’espace problème, et ensuite (2) de concevoir et de mettre à l’essai des solutions novatrices pour améliorer les résultats du travail de surveillance. À cette fin, le laboratoire a développé un micro-monde qui recrée un système de surveillance muni de plusieurs écrans où se déroulent des scènes de mouvements de foule et toute une gamme d’incidents simulés. Les processus favorisant un rendement supérieur en surveillance sont étudiés, dans diverses conditions, au moyen de mesures de l’interaction humain-machine, telles que le suivi du mouvement oculaire et le tracé des manipulations de l’information présentée. 

Décision en situation «extrême»

Dans les situations liées à la sécurité publique où les décisions sont prises de façon dynamique à partir d'un grand volume d'information de plus en plus complexe, le rôle des systèmes d'information (p. ex., les systèmes d'aide à la décision) dans le soutien à la cognition humaine est plus important que jamais. Par contre, à moins d'acquérir une meilleure connaissance des facteurs et des conditions qui facilitent les fonctions cognitives sous-jacentes à la prise de décision, la conception et l'application d'une telle technologie pourrait nuire à la performance plutôt que de l'améliorer. Les projets de recherche en cours permettront d'acquérir les connaissances essentielles afin de favoriser l'intégration cognitive entre l'humain, les tâches qu'il doit effectuer et la technologie qu'il utilise. Cette interactivité optimale entre l'opérateur et le système technologique réduit l'erreur humaine et mène à un rendement supérieur. Nous avons développé une approche holistique novatrice, dans le cadre d'une approche de génie des systèmes cognitifs, qui combine l'utilisation de simulations informatiques complexes (micromondes) et l'analyse détaillée des tâches et comportements basée sur des mesures non intrusives et en ligne telles que les mouvements oculaires et les mesures relatives aux événements.

Cognition et placement publicitaire

Présente sur tous les types de site web, la publicité sur internet est aujourd'hui une source de revenu majeure pour diverses organisations. En 2012, c'est plus de 36.5 milliards de dollars US qui ont été investis en Amérique du Nord dans les différents formats publicitaires en ligne. Toutefois, l'efficacité de la publicité est souvent remise en cause. En moyenne, seulement une publicité sur 1000 est cliquée par les internautes qui déclarent, par ailleurs, l'éviter autant que possible. De nombreux facteurs sont susceptibles d'influencer la décision de l'internaute, que ce soit d’éviter ou de cliquer sur une publicité, et des effets intermédiaires (mémoire publicitaire, effets d’attitude) peuvent être étudiés. Les projets de recherche menés au sein du laboratoire Co-DOT permettent d'étudier l'efficacité des publicités en ligne en observant son traitement à l’aide de systèmes de suivi du mouvement oculaire et de métriques cognitives. Nous analysons les stratégies d'évitement utilisées par les internautes et nous cherchons à en identifier les facteurs critiques. Nous développons aussi des mesures sur la mémoire publicitaire adaptées à un contexte de traitement rapide et d’attention de courte durée, tel que celui de l’environnement en ligne.

Références