Cognition et désinformation

Comprendre la prolifération infodémique pour contrer la désinformation : une approche intégrée de la société vers l'individu

Dans le contexte pandémique actuel, l’information est surabondante, ce qui génère un environnement complexe à travers lequel les consommateurs – tout autant que les producteurs et disséminateurs d’information - sont vulnérables aux biais décisionnels et à la désinformation. En tenant compte des dimensions cognitives, affectives et sociales, ce programme de recherche intersectoriel s’intéresse à la désinformation dans le traitement de l’information issu des politiques de santé publique (p. ex. : adhésion aux mesures préventives, politiques de vaccination, traitements substitutifs au vaccin, etc.) mise de l’avant en raison de la pandémie de la COVID-19. En recourant à une démarche empirique intégrée, l’objectif du projet est de comprendre le rôle de la désinformation dans un contexte d’infodémie pour mieux en mesurer l’impact sur la prise de décision. Avec cette compréhension, nous serons en mesure de proposer des solutions favorisant le développement de compétences transversales d’avenir permettant à l’humain de saisir et de gérer plus efficacement la désinformation issue d’environnements complexes.

  • Une femme ayant un masque de protection sur les yeux plutôt que sur le nez et la bouche pour signifier son refus de voir la vérité

Thématique(s) du laboratoire associé(s) à ce projet

Formation interactive et entraînement cognitifModélisation de l’état cognitif

Retombées

  • Favoriser une meilleure compréhension de la complexité sociale/politique. 
  • Mesurer l’impact des fausses nouvelles sur la santé publique. 
  • Encourager le développement d’attitudes citoyennes responsables vis-à-vis l’information qui est accessible au public. 
  • Favoriser une meilleure compréhension des conséquences de la désinformation sur l’écosystème médiatique.

Participants recherchés

Ce projet vous intéresse? Faites-nous parvenir votre candidature.

Date limite :

Posez votre candidature

Chercheur(s)

  • Richard Khoury , Université Laval
  • Julie Gramaccia , Université Laval
  • Mathieu Ouimet, Université Laval
  • Nadia Naffi, Université Laval
  • Benoît Béchard, Université Laval

Partenaire(s)