• Co-DOT
  • Co-DOT

SENIC

Plateforme numérique au service de la gestion et du suivi des commotions cérébrales 

Les commotions cérébrales liées aux activités sportives sont considérées par les agences de la santé publique des États-Unis et du Canada comme une épidémie silencieuse et alarmante (Ellemberg, 2016) puisqu'entre 1,6 et 3 millions de commotions cérébrales sont signalées chaque année aux États-Unis seulement (Langlois, Rutland-Brown, & Wald, 2006).

Dans près de la moitié des cas, le protocole de gestion des commotions n’est pas appliqué correctement par les athlètes ou par leur entourage professionnel, ce qui démontre le besoin de se doter d’outils d’évaluation et de gestion des commotions qui impliquent non seulement les professionnels de la santé, mais également les individus dans l'entourage de l’athlète (parents, enseignants, entraîneurs).

Le projet de recherche vise le développement d’une plateforme numérique incluant non seulement un outil d’évaluation ludique, engageant et contextualisé au sport de l’utilisateur, mais également des outils d’information et d’assistance dans l’évaluation des signes et symptômes associés aux commotions, dans la planification du retour au jeu et dans l’identification des démarches à suivre en cas de suspicion d'une commotion. 

  • Radiographie de deux personnes lors d'une collision
  • Interface du test de détection Senic

Thématique(s) du laboratoire associé(s) à ce projet

Modélisation de l’état cognitifTransformation numérique et travail humain

Retombées

  • Contribuer à un changement dans le paradigme de la détection et du suivi des commotions cérébrales en milieu sportif en dotant des non-experts d’outils d’évaluation et d’accompagnement accessibles
  • Diminuer les conséquences à long terme des commotions cérébrales sur des différentes sphères de vie des joueurs comme la dynamique familiale, la réussite scolaire et les activités sociales
  • Améliorer les politiques gouvernementales sur la prévention primaire et secondaire des blessures dans le sport

Chercheur(s)

  • Pierre Frémont , Faculté de médecine de l'Université Laval

Partenaire(s)