Collaboration humain-technologies

L'évolution phénoménale de l'intelligence artificielle (IA) et des technologies de l'information surpasse maintenant l'évolution du cerveau humain, créant ainsi un « fossé de capacités » entre l'homme et la technologie. Les recherches liées à cette thématique visent à combler cet écart et à harmoniser la relation entre l'intelligence humaine et l’IA dans le but de maximiser la performance et d’améliorer la qualité de vie. Une avenue prometteuse afin de combler cet écart et d’optimiser la capacité humaine réside dans le développement de systèmes de soutien adaptatifs. Ces systèmes dits “intelligents” peuvent adapter leurs actions (que ce soit concernant l’interface, l’information qu’ils distribuent, les tâches qu’ils réalisent et qu’ils délèguent ou la rétroaction qu’ils offrent) de façon dynamique sur la base du comportement et de l’état fonctionnels de l’utilisateur du système (p. ex.: l’état cognitif d’un pilote d’avion pour moduler le pilotage automatique ou la réussite de la charge cognitive de l’apprenant afin de personnaliser le contenu d’un jeu éducatif). La capacité d’adaptation d’un système intelligent à l’état fonctionnel et cognitif de son coéquipier humain repose donc sur l’évaluation continue presque en temps réel de l’état cognitif de l’agent humain. Les avancées liées à la mesure de l’état cognitif dans les systèmes adaptatifs ne font aucun doute. Toutefois, il existe un besoin criant de valider les hypothèses associant les marqueurs physiologiques, oculaires et comportementaux à des construits cognitifs et comportementaux spécifiques. En effet, un nombre considérable de recoupements dans la mesure du stress et de la charge mentale sont présents dans les écrits scientifiques. Les progrès réalisés concernant les aspects technologiques des systèmes adaptatifs évoluent à un rythme dangereusement plus rapide que la recherche en cognition et en neurosciences sur laquelle devraient être fondées de telles avancées. Autrement dit, la capacité de mesurer des changements biométriques complexes parvient à dépasser la capacité d’interprétation de ces signaux.

 

 

Projets reliés